Couttet Champion | Le Pédagogue

Couttet Champion

inspirateur de l'École Française de Ski

Couttet Champion et ses éleves devant l'école de Montroc à Chamonix

Première école de ski gratuite

Conscient des enjeux que représentent les Sports d'Hiver et l'Alpinisme pour le développement du tourisme dans la vallée de Chamonix et les Alpes en général, il crée l'École de Ski GRATUITE pour les enfants des écoles de Chamonix. C'est ainsi que chaque jeudi, les petits chamoniards sont emmenés sur les pentes de ski de la vallée, pour y apprendre le Télémark, les mouvements amples du fondeur et le saut sur tremplin afin qu'ils puissent un jour eux aussi les enseigner à leur tour aux touristes.

En 1928, COUTTET CHAMPION a 9 élèves. En 1939, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, son école compte 96 élèves.

Parmi ses élèves, certains sont devenus, à l'image de leur maître, de grands champions tels Régis Charlet ou James Couttet. D'autres sont devenus moniteurs de ski tels Roger Frison-Roche, qui donna le tout premier cours de l'école de la Fédération du Mont-Blanc, école qui remplaça celle de mon grand-père au Prarion. C'est ainsi que les idées de COUTTET CHAMPION firent école. D'ailleurs pour l'anecdote, Frison-Roche, élève de la première heure aux cours de ski du CHAMPION, enseigna à son tour le ski à un certain Émile Allais, autre figure emblématique du ski français. Et plutôt que de parler ici de réaction en chaîne, je crois qu'il est tout à fait approprié de dire que l'enseignement de mon grand-père a fait boule de neige, non ?

Mais sa vocation de pédagogue ne s'arrêtera pas là. En effet, en 1932, il rédige et édite à compte d'auteur l'un des tous premiers manuels pédagogiques de ski. Et si la technique du ski a largement évolué, des pans entiers de son Petit Manuel pratique de Ski sont encore d'actualité aujourd'hui, puisqu'il y explique les bases techniques du sport qui lui valut sa renommée et son surnom de CHAMPION.

Couttet Champion et ses amis guides venus l'aider à préparer la parois école des Gaillands

L'École d'Escalade de Chamonix

En 1915, il fonde l'École d'Escalade de Chamonix au rocher des Gaillands. Après un séjour dans les Alpes Orientales, il a rapporté l'idée d'aménager, dans la vallée de Chamonix, une paroi de rocher qui puisse servir de lieu d'apprentissage et d'entraînement pour les élèves de l'École d'Escalade. Il se mit donc à chercher une paroi dans la vallée, facile d'accès et comportant suffisamment de voies de toutes difficultés pour pouvoir s'y entraîner à volonté et y enseigner. C'est ainsi qu'il découvrit le site de l'actuel Rocher des Gaillands. Aussi dès 1928, aidé de quelques amis guides : André Clérico, Camille Couttet, Marcel Bozon,…, il entreprend de nettoyer et d'équiper les premières voies de cette falaise afin de la rendre propice à l'enseignement de l'escalade. Sur cette paroi désormais célèbre se déroule, chaque année au 15 août, la traditionnelle Fête des Guides. Elle est devenue l'École d'Escalade de Chamonix et depuis la création de l'École Nationale d'Alpinisme, elle est même devenue le passage obligé aux examens de Guides de Haute Montagne.

Très vite Alfred COUTTET avait compris qu'une bonne technique et qu'un entraînement rigoureux et régulier étaient les clefs de la réussite. Cette école allait permettre à toutes les nouvelles générations de grimpeurs de mettre en pratique les principes de ce génial pédagogue.

Au Rocher des Gaillands, sur lequel chaque été en vacance chez mon grand-père, j'usais mes chaussures et marchais dans ses pas, il enseigna l'Art de la grimpe aux plus jeunes et y prépara ses clients en vue des courses difficiles. Sa vocation pédagogique lui offrit un tout autre état d'esprit que celui de la conquête pour la gloire et la satisfaction personnelle. Cherchez le guide, le professeur n'est jamais très loin derrière.

Avant tout enseignement technique, il sait que son rôle est l'enseignement de la montagne, de ses règles et de l'humilité. C'est ainsi qu'il mettra un point d'honneur à réaliser toutes ses premières avec ses client(e)s. C'est peux-être pour cela que son carnet de premières est moins rempli que d'autres, mais elles en sont toutes d'autant plus belles. Car le véritable défi était de savoir quel(le) client(e) emmener pour telle ou telle course, savoir évaluer leurs capacités de résistance et leur niveau technique afin de réussir l'exploit et de ramener toute la cordée saine et sauve. Ce ne fut pas le cas de tous les guides de la vallée, emportés parfois par leur trop grande soif de gloire. Ces hauteurs effilées semblent narguer la conquérante audace des guides qui ont juré de s'assujettir tout ce que la nature a imaginé de plus risqué et de plus froidement mortel, disait-il.

Couttet Champion donne un cours de Télémark à un élève

Celui qui montre la voie

C'est toujours avec à l'esprit le fait que le guide est, tel que son nom l'indique, un initiateur, un professeur, celui qui montre la voie, qu'Alfred COUTTET, qui adorait la nature et son métier, emmenait ses clients en montagne. Il avait ainsi la capacité de leur faire remporter l'une des plus belles victoires, celle que l'on remporte sur soi-même lorsque l'on réussit une belle course en montagne ou lorsque la sagesse appelle au renoncement d'une telle course. Avec une telle lucidité, Alfred COUTTET s'était fait une telle réputation qu'il avait l'une des plus nombreuses et des plus belle clientèle qu'un guide puisse rêver.

Un guide est un homme qui se porte bien physiquement et moralement. Sur le premier point, sa virtuosité doit pouvoir s'affirmer dans les escalades. C'est de l'acrobatie, sans doute, mais c'est une méthode qui permet de se tirer de beaucoup de mauvais pas… Certes le grimpeur qui s'élance pour la première fois à l'assaut d'un sommet fameux est pénétré, soutenu, galvanisé par l'émotion, la joie, l'espérance et la fierté. Mais l'aide et le conseiller vigilant, prudent, infatigable, secourable à qui vous avez confié votre sécurité entreprend une besogne que vous jugeriez ingrate si vous deviez l'assumer. Il se charge moralement de votre vie et il doit soutenir sa réputation. Il faut qu'il rende agréable et charmante la journée qui vient, moins difficile celle qui suivra, très douces les heures où vous vous remémorerez votre exploit. Le guide alpin est l'ami de la Montagne, et il est votre ami : il assure la liaison entre elle est vous et il voudrait tant faire signer entre la blanche étendue et son nouveau conquérant le contrat de l'admiration et de l'attachement !   Alfred COUTTET

On mesure mieux maintenant que ses idées sont devenues les bases mêmes de la Technique Alpine, Ski et Alpinisme confondus, et combien ce précurseur était inspiré et ses visions humanistes. Et je sais aujourd'hui que les millions d'apprentis skieurs de tous âges qui se sont succédé et se succéderont dans les Écoles de Ski, ainsi que tous les aspirants guides qui sont passés, passent ou passeront par le Rocher des Gaillands sont tous un peu ses élèves, ses ami(e)s ; ses enfants.

Publicité